Après une semaine dans le Gobi, nous remontons tranquillement en direction du nord.

Suite à notre journée de 15h de voiture, nous sommes arrivés dans une famille de nomades à 23h. Une petite soupe de mouton trop cuite et au lit! La nuit va être froide et je suis réveillée par un courant d’air à plusieurs reprises. Au petit matin nous pouvons voir le givre sur l’herbe à l’extérieur de la yourte. Et nous ne sommes que le 16 août! 

 

Matinée salon de coiffure et lessive dans la rivière, puis c’est parti pour de la randonnée. Bon notre guide nous abandonne en nous expliquant la route (on doit suivre la piste 4×4!) et nous attend au col 7km plus loin. Nous passons dans de grandes prairies à côté de yaks, à un peu plus de 2000m d’altitude, on dirait le Tibet! Une fois ce col passé nous découvrons le premier des huit lacs que nous allons voir. Les couleurs sont magnifiques. Il faut encore descendre puis longer ce lac pour arriver à notre première aire de bivouac. Superbe! Il y a même une plage, certains arrivent à se baigner dans l’eau à 12°C! Pour la soirée, Andy fait un petit feu qui nous réchauffe bien!

 

Le lendemain on rempile, direction le huitième lac. Nous avons de la chance avec le temps! Après une petite dizaine de kilomètres nous arrivons à un camp de yourtes. Nous mangeons, du mouton, puis l’après-midi Pierre et moi montons à un sommet alentour. Sans sentier tracé nous mettons plus de 3h pour faire 9km avec un passage dans la boue et des coulées de lave!

Pour la soirée ce sera de nouveau feu de camp et nous discutons un groupe de français. A priori c’est une destination très prisée des français! Il doit y en avoir dans chaque groupe! 

 

Petite session cuisine avec préparation de bains pour le petit-déjeuner puis c’est le moment… Cheval!!! 

Nasaa nous explique rapidement comment on avance, on tourne et on s’arrête. Bon finalement pour s’arrêter il suffit de leur laisser accès à de l’herbe pour brouter et c’est bon! Pour les faire avancer c’est pas toujours facile… 

Nous commençons par des passages boueux où les chevaux s’enfoncent de vingt centimètres puis passons sur un sentier plus montagneux et rocailleux. Il faut se cramponner dans la montée! Après une heure et demi de cheval (c’est déjà bien assez!) c’est la pause déjeuner. La suite de la randonnée sera tout aussi tranquille. 

Dernier jour de cheval avant de retrouver notre van! Nous retrouvons des pistes au milieu de grandes plaines et c’est le moment d’essayer le trot puis le galop! Et bien à cette vitesse ça devient marrant le cheval! Bon il ne faut pas que ça dure trop longtemps parce que mes jambes sont tétanisées à essayer de rester debout! Mais on se marre bien!

A notre arrivée dans une nouvelle famille de nomades, je découvre un bébé chèvre, tout mimi! Il a deux jours et réclame en permanence de l’attention!

A 16h, après s’être posés, Nasaa découvre que nous avons un jour de retard dans le plan et que c’est le lendemain que Tsuyoshi doit nous quitter pour prendre un bus et rentrer sur Oulan Bataar. C’est donc parti pour faire une journée du plan en 4h! Gambaa est chaud patate et part à fond les ballons sur les pistes défoncées! Dire qu’une heure avant le départ, j’ai voulu faire l’andouille en faisant le poirier et que je me suis bloquée le dos! 

Alors en quatre heures nous faisons : 

  • Orkhon Waterfall
  • Tuvkhen Khiid monastery
  • De la route jusqu’aux hots springs 

La cascade n’est pas à proprement parler un stop incontournable mais quand c’est sur la route elle mérite sa pause photo. Ce qui est marrant c’est que cette cascade apparait au plein milieu d’une plaine. Après des kilomètres de zigzags à plat dans la plaine, brutalement elle chute d’une trentaine de mètres en creusant une gorge. Quelques photos et nous continuons notre route. 

Il est 19h et nous arrivons au pied du sentier pour le monastère. 3km sont annoncés et des chevaux nous sont amenés. Nous sommes quatre à monter sans rien dire. Pierre préfère y aller en courant, il nous mettra 20 minutes dans la vue. Andy lui a trop souffert pendant les deux jours et préfère rester dans le camion. Après presque 40 minutes de cheval sur un sentier hyper technique (de la montée, des branches, des cailloux, de la boue…), nous arrivons à un monastère, il commence à faire sombre et il se met à pleuvoir! Le retour va être épique! 

Un petit tour dans le monastère. Il y a un panneau interdisant le sommet aux femmes… Encore une bien belle religion!!!!!

Et puis c’est le retour et une nouvelle découverte pour moi : le cheval dans le noir! Heureusement, ce cheval a dû faire des centaines de fois ce chemin et il choisit sa trajectoire tout seul. Je n’arrive même pas à lui faire prendre une autre route pour que je puisse éviter les branches qui m’arrivent en pleine tronche!

Nous arrivons vers minuit aux sources chaudes. Nous atterrissons dans une chambre dans un bâtiment encore en construction où nous mettons à recharger tous les appareils électroniques. Ce sera la seule nuit en dur du voyage!

Nous passons un peu de temps dans les bassins d’eau de source. C’est sympa d’être en plein et d’ensuite surtout pouvoir profiter de la douche chaude! C’est la deuxième du tour, enfin la première chaude et la deuxième douche. 

En voiture pour aller déposer Tsuyoshi en ville et continuer direction le Lac Blanc. 

Nous faisons une pause sur un cratère de volcan. Pierre descend au fond pendant que je fais le tour avec Fabio et Nickie. C’est joli et nous apercevons le Lac Blanc, lieu de notre arrêt pour la nuit. 

Nous continuons notre route vers le Nord. 

3 réponses pour “Central Mongolia : Plongée dans l’art culinaire local.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *