Osh

Ville au sud ouest à la limite de la frontière avec l’Ouzbékistan. Ça tombe bien c’est par là que nous voulons passer la frontière. 
Après notre longue journée de voiture avec une arrivée à minuit à l’hôtel, nous prenons notre temps le lendemain matin. Nous allons nous balader à la montagne sacrée Suleiman Too. C’est un mont en plein centre de la ville qui culmine à 120m au dessus de la ville. L’entrée est payante mais elle représente moins de 20 centimes d’euros! Nous voyons les passages depuis des centaines d’années, la roche est patinée! C’est incroyable! En haut il y a un toboggan naturel de 3 mètres. A priori bon pour la fertilité et le mal de dos… 


Il y a des grottes un peu plus haut, c’est joli et les garçons en profitent pour grimper le plus haut possible tout ça sous les yeux d’un gardien un peu zélé qui ensuite demande son passeport à Pierre… Nous ne comprenons pas trop pourquoi mais il ne fait pas trop d’histoires et le rend rapidement.
Juste en dessous de cette montagne se trouve le musée de Suleiman Mountain. Ça me va : nous faisons le tour en une toute petite demi heure puis c’est de retour à la ville. 
Nous allons visiter le bazar. Encore immense et les prix sont beaucoup moins importants qu’à Bishkek. Olivier fait un stock d’épices et nous en profitons pour racheter des fruits secs.


Samedi 6 octobre : passage de la frontière uzbèke. Pierre a lu pas mal de choses qui m’inquiètent un peu pour le passage de la frontière… Ne pas passer d’antibiotique ni de codéine, déclarer tous les livres en notre possession, toutes les monnaies que nous avons… Entre les Tugriks, les Tenges, les Euros, les Dollars et les Soms ça commence à faire… Bon on verra bien!

Finalement ce passage de douane est presque trop facile! 
Déjà il y a une priorité pour les touristes et nous ne faisons aucune queue. Les militaires, les gens qui font la queue et les douaniers nous font tous passer. Les douaniers ne posent pas de question! Easy!

Ça y est nous voilà en Uzbekistan. Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre, le pays semble plus imprégné par la religion musulmane avec a priori certaines régions islamistes dont la première vallée où nous nous rendons : la vallée de Fergana. Nous allons à la ville de Marg’ilan
La vallée de Fergana est le point de départ de la route de la soie.

Première surprise une fois arrivés : la guest-house que nous avions vu est complète! Au mois d’octobre! Nous allons donc dans un autre hôtel bien au dessus de notre budget habituel… Mais pour une nuit il va falloir faire avec. 
Nous visitons une manufacture de soie, la guide parle anglais et la visite est très sympa, dommage que nous soyions en weekend et ne voyons pas la manufacture en activité… Mais nous voyons tout de même des jeunes femmes tisser les tapis. 

Nous allons ensuite voir le bazar, c’est marrant les gens n’ont pas l’air de voir souvent des touristes, ici ce ne sont pas seulement les enfants qui nous arrêtent pour nous dire ‘hello’ mais aussi pas mal d’adultes qui nous demandent d’où nous venons. Et bien le nom de Zidane est encore bien ancré et lié à la France! Quand on pense qu’en France il existe un débat sur les noms qui ne représentent pas la France… Ici France = Zinedine Zidane! 
Nous allons nous balader au bazar de tissus. C’est magnifique toutes ces couleurs! J’achète un foulard et le prix paraît tellement peu cher que je ne cherche même pas à négocier. Vu la tête du vendeur après la vente il semble avoir fait une bonne affaire!

Midi, départ pour Tashkent. Olivier a pas mal discuté avec le réceptionniste qui nous appelle un taxi. C’est parti pour presque 5 h de voiture. La route est relativement bonne mais nous arrivons dans le nuages et sous la pluie. Direction la gare ferroviaire pour acheter les tickets de train pour le lendemain pour Bukhara. Les prix des transports sont vraiment bas par ici, ce qui est paradoxal par rapport aux hôtels qui sont plus chers qu’en Chine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *